CONSULTANCE PRIVEE

« Philosophos.be » organise, pour un public individuel, des "sessions de 10 heures", ainsi que des conférences et des séminaires autour de thèmes issus de la philosophie, de la psychanalyse, de l'anthropologie philosophique, de l'altruisme et de la philanthropie.

Nous envisageons de manière critique les dangers de l'hyperindividualisme et de l’égoïsme, tout comme de la solitude grandissante et du "Vivre ensemble sans autrui", comme l'écrit Jean-Pierre Lebrun. Les outils théoriques proviennent de Freud, Lacan, Winnicott, Mélanie Klein, Pierra Aulagnier, Castoriadis, Socrate, Aristote, Kant, Emile Durkheim, Max Weber, Sartre, François Jullien, Marcel Mauss, Maurice Godelier, Pierre Clastres, Jean-Pierre Lebrun, Charles Melman, Hanah Arendt, Jean-Pierre Vernant, Peter Sloterdijk, Marcel Gauchet et Dany-Robert Dufour. (Sans oublier les intuitions fabuleuses de Marcel Proust, Kafka, Shakespeare, André Breton, Sophocle, Dostoïevski, Balzac etc...).

 

LES ORIGINES DE PHILOSOPHOS

 

Ah, cette incomplétude !

D'abord, vers 1996, nous fûmes séduits par l'appellation « Monastère Laïc ».  Ce nom, qui interpellait par son ambiguïté, nous l'avons utilisé lorsqu'il a fallu nommer cet "espace de réflexion", habitable et calme, à la lisière d’un bois.  Loin des idées de « Gourou et de coach » actuelles, nous cherchions un endroit agréable où nous pourrions nous pencher sur certaines  questions existentielles, ainsi que sur l’étude critique des pensées toutes faites et sur la place de l’art dans nos vies stressées.  Cet endroit, nous pensions l’investir à plusieurs. L’idée d’habitat collectif ou groupé n’était pas absente lors des premières réunions où nous abordâmes le sujet, il y a 20 ans.

 

Pendant une dizaine d’années, nous avons eu quelques rencontres par an.  C’est en 2007 que fut enfin créée l’asbl « Atelier de Traversées Critiques » (ARCRI) qui nous permit de donner un cadre aux causeries d’anthropologie philosophique que nous organisions, alors, de plus en plus souvent à Liège (salle Belfius, rue des Mineurs, ou encore à Namur, à Bois de Villers, à Horion et à Bruxelles). C’est à ce moment-là  que nous avons lancé un projet de séminaire en Provence, ainsi que toute une série d’ateliers possibles, dont voici un résumé : concerts de jazz & de musique classique ● Peinture et Sculpture ● Permaculture, simplicité volontaire, durable ● Lectures d’œuvres littéraires par un(e) comédien(ne) et Cercle de lecture collective ● Observations astronomiques (avec un télescope professionnel de 260 mm Ø) ● Balade à thème suivie d’un repas ● Récits de voyages (le Transsibérien, le Chemin de Stevenson, par ex.) 

L’envie, toute simple, était de créer du lien entre personnes de qualité.  Les contenus pédagogiques des causeries convergeaient tous vers l'élucidation de ce qu’on appelle le « sens d’une existence ».  Nous cherchions à clarifier nos doutes et à remédier aux épreuves « normales » de la vie d’un adulte contemporain.

 

Les « outils théoriques» dont nous nous sommes servis sont la philosophie, l’anthropologie, la psychanalyse et l’analyse des mythes et croyances, sans oublier l’amitié, évidemment.  La réunion de ces matières incontournables, où l’on retrouve, comme mélangés, les deux pôles primordiaux de l’être humain : sa raison et ses affects, permet une approche du sens de l’existence qui fait souvent défaut dans certaines thérapies cognitives et/ou sur les bancs des facultés.

 

Il est clair que l’intention a toujours été de provoquer le questionnement salutaire et la réflexion chez la personne qui fréquente les causeries.   Ce questionnement-changement, nous pensions qu’il devrait être à la fois individuel et collectif.  C’était là, l’originalité du Monastère Laïc, en ces temps où d’aucuns parlaient déjà d’hyper-individualisme, de comportements égo-grégaires, de coaching et développement personnel façon Walt Disney.

 

Nous préconisions un échange bilatéral du savoir entre participants et orateurs par le biais du principe « causerie-débat-synthèse ».  Nous avons toujours valorisé l’idée de praxis, dans le sens d’action vers l’autonomie.  Au fond, cette idée de PRAXIS, retravaillée par C. Castoriadis, dit ceci, en simplifié : « Vous ne pouvez pas vraiment enseigner à l’enfant.  Tout au plus pouvez-vous lui apprendre à apprendre.  Et si, dans votre processus pédagogique, vous n’êtes pas « armé » de bonnes intentions, au fond, ça ne marchera pas ».  Pourquoi ?  Parce qu’il y a un lien direct entre l’apprenant et le maître, comme entre le patient et le médecin, comme entre l’analysant et l’analyste.  Un lien obscur et indéfinissable, mais tangible et évident.  Dans le même ordre d'idée, prenez un clou, un marteau et un cadre…. Inutile de dire ce que vous allez faire, tout le monde s’en doute !  Or, il n’y a absolument aucun "rapport" entre ces trois « choses », aucun !  Par contre, entre l’enfant et l’adulte, il y a l’humanité ».

 

En conclusion, 20 années plus tard, nous pouvons dire qu’une partie de l’objectif essentiel du Monastère Laïc est atteint lorsque (certains) des participants s’approprient les outils proposés et sculptent eux-mêmes leurs réponses, tout en gardant à l’esprit que dans toute société humaine l’ensemble est supérieur aux individus qui le composent, et cet ensemble doit être entretenu. C’est l’objet de la session des dix heures.  

 

 

 

 

CONSULTANCE D'ENTREPRISE

orientation philanthropique :

« Philosophos.be » propose d’accompagner les asbl, fondations d’utilité publique et institutions culturelles, en stimulant leur réflexion.  Nous aidons à orienter la communication à l'aide des concepts de "retour philanthropique", de générosité, d’éthique et de bienveillance. 

Management philosophique :

Nous vous invitons à envisager les différents aspects philosophiques qu’implique votre activité quotidienne, autrement dit, votre objet social.  Peut-être à les réévaluer ou à mieux communiquer à leur sujet.  Nous relions votre quotidien aux notions de don-contredon, d’altruisme et d’axiologie. Par ailleurs,  lorsque l'on veut financer une activité via les dons et legs, Il semble évident que la solution viendra d'un mélange de tradition et d'innovation.  Le "tout au marketing" atteint vite ses limites, principalement dans ce qui relève des sciences humaines.

Enfin, nous nous chargeons, également, de transmettre les explications philosophiques adéquates aux personnes chargées de vous représenter et de mettre en place vos programmes.

 

Patrice Macar 

0479/76.00.00